Plan du site  
pixel
pixel

Articles - Étudiants SUPINFO

Améliorez votre productivité avec le Lean IT - Partie 3

Par Laurent PHILIBERT Publié le 20/10/2016 à 10:04:09 Noter cet article:
(0 votes)
Avis favorable du comité de lecture

Préambule

Dans cet article, je continuerai de vous expliquer les autres principes, tout aussi importants, du Lean IT, les méthodes d’application ainsi que les attitudes à adopter pour le mettre en place ou pour réagir suivant le cours de votre projet. Ici, j'ai expliqué les 3 principes fondamentaux du Lean IT. Je vous invite à le lire afin de que vous compreniez bien ses rudiments et ses impératifs pour mener à bien votre projet ou mettre en place votre stratégie d'entreprise.

Les 4 méthodes importantes du Lean IT

Décider « juste à temps »

Le “juste à temps” étant l’un des principes mêmes du Lean (pas Lean IT), il faut décider le plus tard possible pour mieux répondre à la demande des utilisateurs. En effet, décider trop vite engendre un mini processus de méthode en V (tunnel) où la demande du client à l’instant t sera différente de sa demande ou de son avis à l’instant t+n.  

Produire de la qualité

Produire de la qualité peut paraître complexe mais passe par des actions plutôt simples. En premier lieu, il s’agit de limiter au maximum les bugs et les défauts fonctionnels communément appelé “défauts de qualité”. Dans l’idée, cela se traduirait par : “Faire moins et bien plutôt que faire plus et mal”. 

En second lieu, il est important de s’en tenir à ses engagements sur les initiatives stratégiques de gestion de projet. Il ne faut surtout pas changer de méthode procédurale en plein milieu de la réalisation du projet (bien évidemment, sauf s’il s’agit d’une refonte totale de l’architecture du projet et du projet en lui-même).  

Et enfin, dès qu’une livraison est effectuée, il faut de suite récupérer les feedbacks (retours utilisateurs) le plus rapidement possible pour en tenir compte. Cela permettra aux décideurs de les étudier et de les mettre en application ou non afin d’augmenter la valeur ajoutée et donc la qualité du produit. Pour ce faire, il faut effectuer une veille utilisateur afin de rester à l’affût de chaque retour et surtout, ne pas en négliger une partie.   

Pour plus d’information sur la production de qualité, voir l'article sur le Design Thinking.

Déterminer la valeur ajoutée

Tenant compte du cahier des charges, il faut constamment proposer de la valeur ajoutée selon les besoins implicites du client. Cependant, proposer ne signifie pas produire. Avant toute initiative, il faut échanger. Il ne faut pas hésiter à aller vers le client pour éclaircir des points peu ou pas détaillés. Dans cette optique, il y aura une anticipation du gaspillage, une limitation des incertitudes et le client se sentira alors impliqué. Il deviendra donc plus souple avec ses interlocuteurs. 

Livrer périodiquement

Pour permettre au client de se sentir concerné par le projet, il faut le solliciter. Bien entendu, il s’agit de sollicitations pertinentes. Cela peut passer par exemple par des fonctionnalités dès qu’elles sont opérationnelles. Il y prendra part et exprimera sans ménagement son ressenti, ses retours et s’il y a lieu, ses changements d’avis. 

Après avoir recueilli ses feedbacks “à chaud”, il les faut très vite analyser et étudier afin d’effectuer des modifications rapides pour assurer un processus de qualité. En effet, plus il y aura de temps en entre l’étude et l’analyse de ses feedbacks, plus ces derniers paraîtront flous et complexes. 

Il ne faut également pas hésiter à observer le client pour voir si ses besoins actuels ont été modifiés ou légèrement modifiés, cela dans le but de lui proposer de la valeur ajoutée. On appelle cela l’inversion des flux. On passe d’un flux poussé à un flux tiré. On n’offre pas, c’est le client qui demande. Pour se faire, il est possible de susciter le changement en proposant des fonctionnalités annexes. Mais surtout, on ne décide pas à sa place et on ne crée surtout pas des fonctionnalités avant qu’il ait exprimé son besoin sinon, on risque de générer du gaspillage. On propose de la valeur ajoutée, on ne la crée pas systématiquement. Son besoin doit être clairement exprimé.

Il faut garder à l’idée que la valeur ajoutée peut très vite devenir du gaspillage s’il s’avère que cela ne répond pas à ses besoins, que ce soit en termes de temps, de coût, ou même de qualité de production puisqu’on aura créé une valeur qui ne correspond pas à ses attentes.

Conclusion

Avec ces méthodes, vous optimiserez votre production et par conséquent, votre performance. Il y a des principes qui sont tellement importants au point d'être presques primordiaux, tel que la production de qualité ou les décisions "juste à temps".

Je vous invite à suivre la quatrième et dernière partie. Dans cet article, nous passerons aux autres principes permettant d'optimiser votre performance mais forcément dépendantes des principes primordiaux et importants des deux parties précédentes.

A propos de SUPINFO | Contacts & adresses | Enseigner à SUPINFO | Presse | Conditions d'utilisation & Copyright | Respect de la vie privée | Investir
Logo de la société Cisco, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société IBM, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Sun-Oracle, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Apple, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Sybase, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Novell, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Intel, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Accenture, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société SAP, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Prometric, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Toeic, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo du IT Academy Program par Microsoft, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management

SUPINFO International University
Ecole d'Informatique - IT School
École Supérieure d'Informatique de Paris, leader en France
La Grande Ecole de l'informatique, du numérique et du management
Fondée en 1965, reconnue par l'État. Titre Bac+5 certifié au niveau I.
SUPINFO International University is globally operated by EDUCINVEST Belgium - Avenue Louise, 534 - 1050 Brussels