Plan du site  
pixel
pixel

Articles - Étudiants SUPINFO

Différences entre IPv4 et IPv6

Par Rahvi BICHON Publié le 23/06/2017 à 15:06:45 Noter cet article:
(0 votes)
Avis favorable du comité de lecture

Introduction

IPv6 est le futur de l'IPv4 qui va bientôt saturer son espace d'adressage. Nous allons voir les différences entre les deux protocoles. IPv6 est mieux dans de nombreux aspects, mais il n'est pas compatible avec l'IPv4 qui peut être considéré comme son inconvénient.

Internet est un gigantesque réseau d'ordinateurs à travers le monde. Des milliards de périphériques communiquent quotidiennement pour envoyer et recevoir des données. Par exemple, lorsque vous accédez à un site Web, vous communiquez avec l'ordinateur serveur hébergeant le site. Vous envoyez une demande pour le site Web et le serveur vous renvoie les données pertinentes.

Vous ne recherchez pas un serveur aléatoire et commencez à demander des données au hasard. Vous tapez le nom du site Web dans votre navigateur Web, qui demande ensuite au serveur DNS de résoudre l'adresse IP du serveur sur lequel le site Web est hébergé. Ensuite, une connexion est établie avec le serveur et une demande de données sur le site Web est effectuée. Le site Web est alors chargé sur votre navigateur Web.

D'où viennent les adresses IP?

Ces adresses, qui ressemblent à 117.4.67.12, sont les adresses de protocole Internet attribuées à chaque périphérique qui se connecte à Internet. Une adresse IP est l'identité d'un périphérique sur Internet. Il est également utile pour acheminer le trafic Internet entrant et sortant de ce périphérique. Les données se déplacent sous la forme de paquets ayant l'adresse IP source et de destination dans leur en-tête qui leur permet d'atteindre le périphérique approprié.

Les adresses IP sont définies selon le protocole Internet, inclus dans Internet Protocol Suite, qui est un ensemble de règles pour gérer la façon dont les paquets de données se déplacent sur Internet et atteignent leur destination.

Par exemple, vous envoyez 10 paquets à une destination. Chaque paquet connaîtra l'adresse IP de destination, mais il est possible que les paquets puissent prendre des chemins différents pour atteindre la destination, ou peut ne pas atteindre dans le même ordre envoyer ou encore ne pas atteindre la destination. C'est parce que l'IP est un protocole sans connexion. Cela veut dire qu’il ne se soucie pas de l'intégrité des données envoyées sur le réseau. Le protocole TCP, également une partie de la suite de protocole Internet, est là pour la vérification de l’intégrité des paquets. TCP s'assure que vos paquets se retrouvent en toute sécurité sur l'ordinateur de destination. Il établit une connexion entre deux dispositifs communicants sur Internet et surveille l'ordre et la fiabilité des paquets de données atteignant l'appareil final. C'est pourquoi l'adresse IP est appelée TCP / IP.

IPv4

Le protocole IPv4 ou Internet Protocol 4 (RFC 791) a été utilisé à l'origine dans ARPANET. Bien que ce soit la quatrième génération du protocole Internet, mais c'est la première version majeure du protocole Internet qui trouve son application pour la plupart de l'internet. Il existe un IPv6 plus récent qui est en cours de déploiement.

Selon IPv4, les adresses IP sont effectivement en nombres binaires sous forme de 0 et 1. Mais ils peuvent également être écrits comme des nombres décimaux séparés par un point.

L'IPv4 utilise un espace d'adressage 32 bits équivalant à 4 octets. Cela signifie que le nombre total d'adresses IP sur Internet peut aller jusqu'à 2 ^ 32. C'est à dire environ 4,3 milliards d'adresses.

IPv6

2 ^ 32 est un grand nombre, mais il ne suffit pas pour accueillir la population croissante de périphériques connectés à Internet comme les ordinateurs portables, les tablettes, les smartphones, etc. Par conséquent, le protocole IPv6 a été créé. Il dispose d'un grand espace d'adressage de 128 bits. Et le nombre total d'adresses uniques sont 2 ^ 128. Ainsi, la limite des adresses IP ne va pas être dépassée pendant de nombreuses décennies ou peut-être des siècles.

L'adresse IPv6 128 bits est un peu différente de l'adresse IPv4. Chaque groupe est séparé par un deux points ( :) (au lieu d'un point) représente 16 bits sous la forme de quatre chiffres hexadécimaux. Les 64 bits de l'adresse IPv6 représentent l'adresse réseau utilisée pour le routage et les 64 bits restants fournissent des détails sur l'interface réseau de l'hôte.

Quelles sont les différences ?

La principale différence entre l'IPv4 et l'IPv6 est leur espace d'adressage qui permet la connexion de beaucoup plus de périphériques sous IPv6. Mais ce n'est pas la seule différence entre les deux. Il y a d'autres choses qui font d'IPv6 une meilleure option pour Internet.

Sécurité

IPv4 est vieux et n'a pas été créé avec beaucoup de sécurité. Il suppose que les applications de destinations ont leurs propres mesures de sécurités. Pourtant, il est encore présent en 2017. Mais l'IPv6 est conçu pour rendre le transfert des paquets plus sécurisé. Les choses, comme la vérification de l'intégrité des paquets et le cryptage des données, ont été soudées à l'IPv6 qui était une pièce jointe dans le cas de son prédécesseur.

Le protocole IPv6 est conçu pour assurer une sécurité de bout en bout sur une connexion. Un ajout majeur IPSec comprend des protocoles cryptographiques permettant une communication sécurisée des données. Les certificats Authentication Header (AH) et Encapsulating Security Payload (ESP) font partie d'IPSec qui permettent l'authentification et l'intégrité des données. ESP garantit également la confidentialité des données. Un autre protocole principal est le protocole Internet Key Exchange (IKE) qui sert à configurer et à établir des attributs de sécurité partagés entre deux périphériques.

IPSec est une exigence majeure pour IPv6. Mais dans le cas d'IPv4, le protocole IPSec a été implémenté comme ajout facultatif.

Moins de choses dans l’en-tête

Dans le cas d'IPv6, l'en-tête de paquet n'a pas de champs sans importance. Il n'a que 8 champs par rapport à 13 dans le cas d'IPv4. Les champs supplémentaires sont maintenant des extensions d'en-tête optionnelles. En outre, la taille de l'en-tête (40 octets) est presque le double de l'IPv4 (20 octets). Le moins d'encombrement dans l'en-tête contribue à simplifier le traitement des paquets dans le routeur. Ainsi, rendre le traitement plus efficace et plus rapide.

Les adresses IPv4 sont limitées et doivent être utilisées pour des milliards de périphériques sur Internet. Par conséquent, le concept de traduction d'adresse réseau est apparu. Il permet à plusieurs appareils d'utiliser la même adresse IP. Mais on a vu plus haut que les adresses IP sont uniques.

Un pool d'adresses IP commençant à partir de 192.168.0.1 jusqu'à 192.168.255.254 peut être utilisé pour des réseaux privés tels que ceux des entreprises ou ceux que nous avons dans notre maison. L'adresse IP publique est affectée au routeur et l'appareil connecté est attribué à l'un des IP privés.

Lorsqu'un paquet provient d'un périphérique, il va au routeur qui modifie l'adresse privée source dans l'en-tête avec l'adresse publique et l'envoie vers la destination. De même, au moment de l'arrivée, il supprime l'adresse publique de l'en-tête du paquet et met l'adresse privée du périphérique destinataire sur le réseau.

L'IPv6 dispose de nombreuses adresses, de sorte que chaque périphérique pourrait avoir sa propre adresse publique lui conférant une identité unique sur Internet et cela permet de dire adieu au NAT. Cela peut être utile dans le cas de applications telles que le partage de fichiers P2P , les jeux multijoueurs, la VoIP, la diffusion, etc.

NAT apporte quelques avantages pour le périphérique en ajoutant une couche supplémentaire de sécurité. Les périphériques ne sont pas directement visibles sur le réseau. IPv6 possède également un équivalent de l'adresse privée IPv4 sous la forme d'une adresse locale unique qui n'est pas routable à l'échelle mondiale.

Pas de limites géographiques

Depuis que les États-Unis ont créé le protocole Internet et Internet, la distribution du pool d'adresses IP est également favorisée pour le pays lui même. Près de 50% de toutes les adresses IP sont réservées aux États-Unis. Mais dans le cas d'IPv6, aucune préférence n'est accordée à une région particulière dans le monde.

Meilleure qualité de service (QoS) dans IPv6

Le concept de QoS est très similaire pour IPv4 et IPv6. Le contraste réside dans les champs d'en-tête qui différencient le traitement des paquets pendant la transmission. Dans l'en-tête IPv4, le champ DS (Differentiated Services) de 8 bits est utilisé pour classer le paquet et quel type de service il est associé. Cette vérification est effectuée par presque tous les routeurs intermédiaires présents sur le chemin du paquet.

L'en-tête IPv6 rend le processus plus facile. Son en-tête comprend un champ de flux 20 bits qui permet un traitement rapide des paquets. Il permet aux routeurs d'identifier et de gérer des paquets appartenant au même flux, c'est-à-dire les paquets provenant d'une source particulière et se terminant par une destination particulière. Le flux est reconnu par la combinaison de la source de paquets et la valeur du champ flux. La livraison des paquets devient plus efficace et, par conséquent, améliore la QoS.

IPv6 Stateless Auto-Configuration

Le protocole IPv6 intègre une fonctionnalité appelée auto-découverte. Cela permet aux machines et aux routeurs sur un réseau de se trouver et de se parler. Un périphérique peut configurer automatiquement son adresse IPv6 et informer d'autres périphériques. Cela élimine l'exigence d'un serveur DHCP pour configurer automatiquement l'adresse IP du périphérique, comme dans le cas de l'IPv4. Ce processus est connu sous le nom d'auto-configuration sans état.

Mais nous ne pouvons pas expulser complètement DHCP. L'auto-configuration sans état n'est pas applicable dans des scénarios de réseaux pratiques. Ainsi, IPv6 prend également en charge DHCPv6 qui permet une auto configuration automatique par un protocole DHCPv6.

Pas de compatibilité ascendante

Les personnes qui ont conçu la norme IPv6, ont exprimé leur regret quant au fait qu'elles ne l'ont pas rendu compatible avec l'ancien IPv4. En réalité, ils ont visualisé une situation dans laquelle les appareils exécuteraient les protocoles IPv4 et IPv6 simultanément en mode double empilement.

Cela peut être réalisé par tunnel, c'est-à-dire en plaçant des paquets IPv6 dans les paquets IPv4. En outre, l'adresse réseau et le traducteur de protocole (traduire les paquets IPv6 en paquets Iv4) peuvent être utilisés pour résoudre ce problème.

Conclusion

Outre les différences indiquées ci-dessus, l'IPv6 prend également en charge de meilleures fonctionnalités de multidiffusion. L'IPv6 est basé sur les racines d'IPv4 en suivant plusieurs de ses concepts de conception. Cela permettrait de passer en douceur de IPv4 à IPv6 sur une période de temps. En outre, les deux protocoles ne sont pas compatibles les uns avec les autres. Ainsi, les appareils devront prendre en charge les protocoles IPv4 et IPv6 jusqu'à ce que l'IPv6 soit omniprésent sur Internet.

Il ne faut pas nier le fait que IPv6 soit meilleur que l'IPv4 dans de nombreux aspects. Il existe depuis plus d'une décennie. Pourtant, son déploiement n’est pas facile malgré le fait que l'espace d'adressage IPv4 se détériore. Cela pourrait être dû à une amélioration constante de l'IPv4, comme le NAT et le CIDR, qui permettent une utilisation efficace du pool d'adresses IP limité.

De nombreux systèmes de noms de domaine supportent désormais les adresses IPv6. Par exemple, Google DNS public. Selon la visualisation d'adoption d'IPv6 d'Akamai, la Belgique a le taux d'adoption le plus élevé de 41,3%, suivie de la Grèce à 24,9% et de l'Allemagne à 23,3%. Ce nombre augmenterait à l'avenir, car de plus en plus de personnes, d'organisations et de gouvernements prennent conscience des avantages d'IPv6.

Bibliographie

https://fr.wikipedia.org/wiki/IPv6

https://fr.wikipedia.org/wiki/Adresse_IP

https://fr.wikipedia.org/wiki/IPv4

A propos de SUPINFO | Contacts & adresses | Enseigner à SUPINFO | Presse | Conditions d'utilisation & Copyright | Respect de la vie privée | Investir
Logo de la société Cisco, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société IBM, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Sun-Oracle, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Apple, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Sybase, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Novell, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Intel, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Accenture, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société SAP, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Prometric, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Toeic, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo du IT Academy Program par Microsoft, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management

SUPINFO International University
Ecole d'Informatique - IT School
École Supérieure d'Informatique de Paris, leader en France
La Grande Ecole de l'informatique, du numérique et du management
Fondée en 1965, reconnue par l'État. Titre Bac+5 certifié au niveau I.
SUPINFO International University is globally operated by EDUCINVEST Belgium - Avenue Louise, 534 - 1050 Brussels