Plan du site  
pixel
pixel

Articles - Étudiants SUPINFO

Comment font-ils pour gagner de l’argent ?

Par Pierre MAESTRACCI Publié le 17/10/2017 à 13:08:09 Noter cet article:
(0 votes)
Avis favorable du comité de lecture

Ils sont gros, on les connait tous, ils dominent nos vies quotidiennes et le Web. Qui sont ces monstres qui peuvent amenés à générer parfois plus de 1M de dollars par an ? Mais surtout, comment font-ils ? Dans cet article nous présenterons les principaux acteurs de notre vie Internet comme les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, les sites d’achats en ligne ainsi que les web browsers les plus connus.

En guise d’introduction, vous vous en doutez surement, le secteur publicitaire est pour la plupart de ces acteurs la principale source de revenu. En effet on se retrouve très vite dans une configuration de cercle vertueux, de l’argent pour acheter de la popularité sur le net, de la popularité sur le net pour gagner de l’argent etc. Cependant nous verrons très vite qu’il existe d’autres sources de revenus qui ne sont pas à écarter quand on parle de stratégie commerciale.

Les moteurs de recherche :

Fondé par Larry Page et Sergey Brin, Google est aujourd’hui la référence dans la catégorie des moteurs de recherches. Avec plus de 89 milliards de dollars de revenu en 2016, google affiche un revenu total de plus de 373 milliards de dollars. Sa source de revenu principale est le secteur publicitaire grâce à sa plateforme de publicités Google AdWords.

En effet cette dernière génère des milliards de dollars par année en offrant aux internautes, des publicités intelligentes pour lesquelles, les commerçants misent les uns contre les autres, différents montants d’argent sur différents mots clés. Google diffuse ces publicités à l’intérieur de ses résultats de recherche, sur des sites web partenaires ainsi que sur la plateforme Youtube.

Dans le marché de la téléphonie mobile, Google s’est positionnée ave Android comme les leaders du domaine. Cette stratégie lui permettra de rentabiliser cet aspect du Web par la création de publicités localisées ainsi que par un système de paiement mobile.

Malgré un départ catastrophique et une évolution plutôt mitigée, Bing commence lui aussi à devenir rentable. Il ne doit pas cette progression a la seule pertinence de ses résultats. Microsoft s’est arrangé pour réserver une très bonne place à son moteur de recherche dans tous ses autres produits. Il a donc pris soins d’intégrer Bing par défaut sur Windows 10, maintenant utilises sur 110 millions d’appareils dans le monde. Bing est aussi devenu le moteur de recherche de son assistant vocal, Cortana, et de celui de l’iPhone, Siri. Plus léger et moins couteux, Bing pourrait commencer à rapporter de l’argent à Microsoft.

Quant à Yahoo (si, il faut en parler aussi), sa source de revenu principale est aussi la publicité. Yahoo publie des publicités sous une forme la plus souvent graphique (image, vidéo) parmi ses résultats ou dans les sites/pages web partenaires. Ne se basant pas seulement sur les mots clés recherchés, Yahoo analyse l’historique de recherche, le contenu de certaines communications mais aussi le comportement des utilisateurs afin d’afficher des annonces avec un contenu le plus pertinent possible. On peut donc être amené à personnaliser le contenu des annonces grâce a des outils comme l’Ad Interest Manager (Outil de gestion des publicités basé sur les centres d’intérêts).

Les réseaux sociaux :

Facebook est gratuit et pourtant, en 2015, chaque utilisateur était susceptible de rapporter 11 euros par an au géant Americain. On parle ici encore de publicité, même si celle-ci est discrète elle y est malgré tout bien présente. Il s’accapare donc environ 65% des budgets publicitaires sur les réseaux sociaux. Le fait de pouvoir cibler ses publicités est un atout extrêmement important de part par exemple, l’analyse des données personnelles, le contenu de notre page, etc.

La publicité n’est cependant pas son unique source de revenu. Environ 10% de ses gains proviennent de leur partenaire Zynga, une entreprise de développement de jeux sociaux sur Facebook (CityVille, Farmville, Empires & Allies et ZyngaPoker).

Avec ses liens sponsorisés Twitter n’est pas en reste. 2nd au classement par rapport à Facebook, l’entreprise commence réellement à gagner de l’argent en 2011 en proposant différents outils de publicité : les tweets, les comptes et les tendances commanditées. En 2014 chaque utilisateur a rapporté en moyenne à Twitter 5.48 dollars.

Sur Twitter les personnes que vous suivez et ce que vous tweetez sont autant d’informations que le réseau social prend en considération afin de vous proposer des publicités en cohérence avec vos centres d’intérêt. Même avec une progression de son chiffre d’affaires, Twitter n’est en revanche pas une entreprise rentable.

Twitter pourrait ainsi très prochainement proposer aux marques de payer en échange de la création de leurs émoticônes sur la plateforme (exemple : #shareacoke qui fait apparaitre une bouteille de Coca-Cola).

On peut prendre pour exemple certains sites ou réseaux de rencontre. Ici nous parlerons de Tinder qui après deux ans sans revenus, propose une solution payante afin d’étendre les limites de géolocalisation. Tinder n’est pas le seul exemple, la plupart des plateformes de ce type (mise en relation) parviennent à gagner de l’argent en « premiumisant » des comptes a la base gratuits (sous prétextes de nouvelles fonctionnalités ou de l’amélioration des services).

Autre exemple, Skype, racheté en 2011 par Microsoft pour 8.5 Milliards de dollars, se monétise en proposant des fonctionnalités payantes a ses usagers. Comme la possibilité de texter et d’appeler partout dans le monde ou par l’achat d’un numéro en ligne, etc.

Les sites d’achats :

eBay est un des joueurs les plus importants du Web. Son modèle de vente par encan a su emmener la compagnie à devenir l’une des entreprises (avec Amazon) les plus importantes dans le commerce en ligne. Les frais de eBay se décomposent en 3 parties :

  • Frais d’insertion, incluant l’insertion du produit et les frais de remise en vente.

  • La commission sur le prix final, qui est de 8% sur le prix total de l’objet que paie l’acheteur (y compris les frais de livraison et d’expédition). Une commission qui ne dépassera jamais 200 euros.

  • Frais relatifs aux options afin d’améliorer la lisibilité des annonces et des outils pour gérer votre inventaire et/ou d’automatiser certaines tâches.

Amazon, grâce notamment a ses robots et sa logistique se démarque aussi dans le monde du commerce en ligne. En effet avec ses 3000 robots Kiva, Amazon réduit ses charges d’expédition et pourrait réaliser une économie sur ses entrepôts de 2.5 milliards de dollars. Avec un système de mise en vente similaire à celui de eBay, Amazon propose ici deux modes de ventes avec des comptes soient « basics », soient pros qui présentent plus de fonctionnalités (vous comprenez l’idée…).

Le principe de Groupon repose sur l’achat de produits en groupe. Un marchand propose qu’il vende à un rabais minimal de 50% de son prix initial. 50% des revenus de cet achat reviennent directement à Groupon.

Les Web browsers :

Ils se regroupent souvent en deux catégories : ils sont soit propriétés de groupes plus importants (Edge pour Microsoft ou Chrome pour Google) ou indépendants et le plus souvent freeware (comme Mozilla), nous décrirons ici plus particulièrement ces derniers.

Le fureteur Firefox est connu pour être « Open Source » et gratuit pour ses utilisateurs. Son chiffre d’affaires est dû au fait que le navigateur Firefox récole à lui seul 86% soit environ 84 millions de dollars en 2010. Google est la compagnie qui paie ce montant à Mozilla en échange que le navigateur utilise leur moteur de recherche par défaut lorsqu’un usager utilise le bloc de recherche de Firefox.

Conclusion :

Même si elles tournent très souvent autour de la publicité, les sources de revenus sont diversifiées. Avec une bonne stratégie, il devient facile de gagner de l’argent sur l’internet. En effet grâce a de plus en plus de plateformes qui proposent un revenu en échange d’un service comme par exemple l’emploi régulier des plateformes ainsi que l’apport d’une plus-value, on est amené aujourd’hui à de la création d’emploi qui ne demande pas nécessairement d’études ou de qualifications avancées.

Comme dit plus haut, il suffit de peu pour rentrer dans un cercle vertueux. Dans un monde ou le sens de l’éthique possède de moins en moins de valeur, n’importe quelle opportunité, information, prétexte est valable pour gagner de l’argent sur le net.

Bibliographie :

http://ordinateurensoldes.blogspot.com/2012/11/comment-est-ce-que-mozilla-firefox.html

https://services.amazon.fr/services/vendre-sur-internet/tarifs.html

http://pages.ebay.fr/help/sell/fees.html

http://www.guerillaweb.ca/comment-font-ils-de-largent-en-ligne/

http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/10/23/32001-20151023ARTFIG00184-microsoft-a-enfin-trouve-comment-gagner-de-l-argent-grace-a-bing.php

http://www.clubic.com/pro/blog-forum-reseaux-sociaux/actualite-735009-tinder-offre-premium.html

https://www.rtl.be/info/monde/international/voici-comment-facebook-gagne-de-l-argent-grace-a-nous-758683.aspx

https://policies.yahoo.com/ie/fr/yahoo/privacy/topics/adserving/index.htm

https://www.statista.com/statistics/266206/googles-annual-global-revenue/

A propos de SUPINFO | Contacts & adresses | Enseigner à SUPINFO | Presse | Conditions d'utilisation & Copyright | Respect de la vie privée | Investir
Logo de la société Cisco, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société IBM, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Sun-Oracle, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Apple, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Sybase, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Novell, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Intel, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Accenture, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société SAP, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Prometric, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Toeic, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo du IT Academy Program par Microsoft, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management

SUPINFO International University
Ecole d'Informatique - IT School
École Supérieure d'Informatique de Paris, leader en France
La Grande Ecole de l'informatique, du numérique et du management
Fondée en 1965, reconnue par l'État. Titre Bac+5 certifié au niveau I.
SUPINFO International University is globally operated by EDUCINVEST Belgium - Avenue Louise, 534 - 1050 Brussels