Plan du site  
pixel
pixel

Articles - Étudiants SUPINFO

Créer une machine virtuelle personnalisée avec VMware Workstation 12 PRO

Par Yann PENVEN Publié le 14/08/2018 à 18:56:52 Noter cet article:
(0 votes)
Avis favorable du comité de lecture

Sommaire

  • Introduction

  • Créer la machine virtuelle

  • Choisir le type de machines virtuelle

  • Choisir le niveau de hardware compatible

  • Choisir le système d'exploitation

  • Définir le type de système d’exploitation

  • Nommer et stocker la machine virtuelle

  • Choisir le périphérique de démarrage

  • Choisir la configuration du ou des processeurs

  • Choisir le montant de mémoire (RAM)

  • Choisir le type de configuration réseau

  • Choisir le type de contrôleur SCSI

  • Choisir le type de disque dur virtuel

  • Choisir le disque dur à utiliser

  • Choisir la taille du disque dur virtuel

  • Stocker le disque dur virtuel

  • Paramétrer/Modifier la machine virtuelle

  • Ajout du fichier .ISO du système d’exploitation

  • Machine virtuelle prête à l’utilisation

  • Conclusion

Introduction

Dans cet article nous allons aborder la création d’une machine virtuelle personnalisée avec le logiciel VMware Workstation 12 PRO. À chaque étape, nous allons détailler les choix qui nous sont mis à disposition afin de vous guider au mieux dans le respect de vos besoins.

Pour votre information : dans cet article, nous allons créer une machine virtuelle conforme à l’utilisation d’un serveur Windows Server 2012 et Windows Server 2012 R2.

Créer la machine virtuelle

Nous voici sur la page d’accueil de VMware Workstation 12 PRO. Pour créer une nouvelle machine virtuelle trois méthodes s’offrent à nous :

  • Cliquer sur le carré de gauche « Create a New Virtual Machine ».

  • Ou cliquer sur « File » en haut à gauche de la fenêtre puis « New Virtual Machine… ».

  • Ou taper la combinaison « Ctrl+N » sur votre clavier.

Choisir le type de machines virtuelle

Nous pouvons choisir entre deux types de machines virtuelles :

  • « Typical » : Permet de créer une machine virtuelle simplement en quelques étapes mais sans entrer dans la configuration (choix du système d’exploitation, nom de la machine virtuelle, lieu de stockage de la machine virtuelle et taille du disque dur virtuelle).

  • « Custom » : Permet de créer une machine virtuelle avec une configuration personnalisée et précise.

Dans cet article, nous allons choisir le type de machines virtuelle « Custom » pour pouvoir entrer dans les détails de configuration et de création de notre VM.

Choisir le niveau de hardware compatible

VMware Workstation nous demande de choisir le niveau de compatibilité hardware.

Le niveau de hardware est basé sur les versions de VMware Workstation. Dans la liste imposée, on peut retrouver l’ensemble des versions de VMware Workstation.

Ce niveau de hardware nous offre différentes compatibilités avec certains produits et nous limite à certaines configurations comme vous pouvez le voir dans le screenshot ci-dessous :

Pour donner des cas d'usage simples :

  • Une machine virtuelle créée sous VMware Workstation 12.0 ne pourra être lancée uniquement sous VMware Workstation 12.0.

  • Une machine virtuelle créée sous VMware Workstation 10.0 pourra être lancée sur VMware Workstation 10.0, 11.0 et 12.0.

  • Une machine virtuelle créée sous VMware Workstation 9.0 ne pourra additionner seulement 8 processeurs.

  • Une machine virtuelle créée sous VMware Workstation 12.0 pourra compter jusqu’à 16 processeurs.

Les versions de VMware Workstation plus récentes nous permettent donc un niveau de limitation plus élevée mais ne sont pas rétro-compatible or les versions plus anciennes supportent les nouvelles versions mais ne permettent pas un niveau de configuration aussi élevée.

NB : Pour toutes machines virtuelles créées, il est possible de modifier le niveau de hardware de ces dernières une fois éteintes. Il suffit d’aller dans « VM » en haut à gauche de la fenêtre d’accueil puis « Manage » et « Change Hardware Compatibility… ».

Dans notre cas, nous allons choisir le niveau de compatibilité hardware de VMware Workstation 12.0.

Choisir le système d'exploitation

Ici, le logiciel nous demande d’ajouter le système d’exploitation que l’on souhaite installer sur la machine virtuelle. Deux méthodes sont possibles pour le faire :

  • Via « disc » : Il suffit d’insérer un CD-ROM ou un DVD contenant le système d’exploitation souhaité et de le choisir dans la liste.

  • Via « disc image file (iso) » : Il suffit de rechercher dans votre ordinateur le fichier .ISO du système d’exploitation que vous souhaitez installer.

Sinon, si vous ne souhaitez pas ajouter de système d’exploitation à votre machine virtuelle pour le moment, vous pouvez cocher la case « I will install the operating system later. ».

En faisant cela, vous éviterez la fenêtre suivante (souvent non souhaitée), vous demandant d’insérer une clé de produit ainsi que des informations supplémentaires à la création d’un compte par défaut sur la machine.

NB : Attention, ce n’est pas parce que vous effectuez cette méthode que vous échapperez à l’activation de votre produit !

En configurant votre machine virtuelle de cette façon, vous pouvez aussi démarrer sur le réseau et ainsi accéder au PXE si un serveur de déploiement est présent dans votre réseau. Par le biais, vous pourrez ensuite installer votre système d’exploitation préconfiguré par vos soins.

Dans notre cas, nous allons choisir « I will install the operating system later. »

Définir le type de système d'exploitation

En raison de notre choix précédent ou si le logiciel n’a pas été en capacité de détecter votre système d’exploitation inséré précédemment, VMware Workstation vous demande de choisir le nom ainsi que le modèle de votre système d’exploitation que vous souhaitez installer plus tard :

Cela permet au logiciel d’installer des packages et des prérequis à la création de votre machine virtuelle. Il est donc important de respecter cette étape.

Il arrive certaines fois que VMware Workstation ne possède pas votre système d’exploitation dans la liste imposée, dans ce cas vous opterez pour « Other ».

Nommer et stocker la machine virtuelle

VMware Workstation nous demande de nommer notre machine virtuelle ainsi que d’indiquer la destination où elle sera stockée.

Vous êtes libres d’indiquer ce que vous souhaitez dans cette partie.

Choisir le périphérique de démarrage

Pour permettre à notre système d’exploitation de détecter notre matériel virtuel, nous devons choisir le type de périphérique de démarrage parmi les choix suivants :

  • « BIOS »

  • « EFI »

Les principes sont les mêmes malgré quelques différences principales : Le BIOS est stocké dans la ROM tandis que l’EFI est stocké dans la mémoire flash. L’EFI dispose de plus de fonction que le BIOS et permet un démarrage plus rapide de la machine virtuelle.

Pour notre part, nous allons suivre le choix par défaut qui est le « BIOS » car c’est le firmware le plus répandu et le plus connu du grand public.

Choisir la configuration du ou des processeurs

À cette étape, VMware Workstation nous demande de choisir le nombre de processeurs que l’on souhaite ajouter à notre machine virtuelle ainsi que leurs configurations (en nombre de cœurs).

À vous de définir la configuration dont vous aurez besoin selon la ou les demandes reçues et selon l’utilisation que vous souhaitez faire de votre machine virtuelle.

Attention toutefois à ne pas surévaluer le besoin et à surcharger votre ou vos processeurs physiques. Si vous dépassez les performances maximales de votre matériel physique, VMware Workstation vous informe que la configuration définie ne pourra être supportée.

NB : On retrouve ici, dans la liste, le nombre de processeurs maximum disponible selon la version de hardware défini dans la partie « Choisir le niveau de hardware compatible ».

Choisir le montant de mémoire (RAM)

VMware Workstation vous demande ici de choisir le montant de mémoire vive (RAM) à ajouter à votre machine virtuelle. Comme la partie précédente : à vous de définir correctement vos besoins selon l’utilisation que vous allez faire de votre machine.

Néanmoins, le logiciel vous guide, au cas où, selon les recommandations exigées par le système d’exploitation (si ajouté précédemment) ou bien selon les normes VMware.

Choisir le type de configuration réseau

Désormais, nous devons choisir quel type de réseau la machine virtuelle devra utiliser parmi quatre choix :

  • « Use bridged networking » : Permettra à la machine virtuelle de naviguer sur le réseau externe (connecté à la machine physique (Ethernet)) en utilisant sa propre adresse IP.

  • « Use network address translation (NAT) » : Permettra à la machine virtuelle de naviguer sur le réseau externe (connecté à la machine physique (Ethernet)) en utilisant l’IP de la machine physique.

  • « Use host-only networking » : Permettra à la machine virtuelle de naviguer sur un réseau privé créé automatiquement entre la VM et la machine physique.

  • « Do not use a network connection » : N’activera pas la fonction réseau de la machine virtuelle et ne permettra donc pas de se connecter à tous réseaux.

À vous de choisir la bonne configuration selon vos besoins.

Dans notre cas, on choisira la configuration « Use host-only networking ».

Choisir le type de contrôleur SCSI

Dans cette partie, nous devons choisir le type de contrôleur SCSI qui va contrôler la fréquence entrée/sortie de notre disque virtuel. Trois choix nous sont soumis :

  • « BusLogic » : Possède une interface parallèle.

  • « LSI Logic » : Possède une interface parallèle.

  • « LSI Logic SAS » : Possède une interface série.

Il n’y a pas de grosse différence entre les trois choix ci-dessus, nous sommes plus sur des caractéristiques techniques physiques comme les interfaces de branchement. Malgré cela, il y a quelques spécificités à savoir comme : L’adaptateur LSI Logic possède de meilleures performances et a une plus grande compatibilité avec les disques SCSI.

Pour notre cas, nous n’avons pas le choix de rester sur « LSI Logic SAS » car le futur système d’exploitation ne supporte pas les deux autres options.

Choisir le type de disque dur virtuel

Pour choisir le type de disque dur virtuel, VMware Workstation nous laisse le choix entre :

  • « IDE »

  • « SCSI »

  • « SATA »

Encore une fois, il n’y a pas vraiment de différence impactant sur l’utilisation de l'un des choix, ce sont différents types de connectique sur les disques durs physiques. Il faut juste savoir que les disques SCSI ont des capacités réduites face aux disques SATA qui est principalement utilisé aujourd’hui.

Dans notre choix, nous laissons la configuration recommandée et par défaut par le logiciel qui est « SCSI ».

Choisir le disque dur à utiliser

Après avoir défini le type de disque dur virtuel à utiliser, vous allez devoir choisir quel disque dur vous voulez occuper. Trois choix s’offrent à nous :

  • « Create a new virtual disk » : Permet de créer un nouveau disque dur virtuel dédié à cette machine virtuelle.

  • « Use an existing virtual disk » : Permet d’utiliser un disque dur virtuel déjà existant.

  • « Use a physical disk (for advanced user) » : Permet d’utiliser un disque dur physique ajouté préalablement pour cette utilisation.

Dans notre cas, nous allons choisir « Create a new virtual disk ».

Choisir la taille du disque dur virtuel

Une fois le disque dur choisi, nous devons définir la taille de ce dernier (en Gb) toujours selon les besoins définis.

VMware Workstation nous donne tout de même une idée de la taille de stockage minimum pour le système d’exploitation choisi : dans notre cas Windows Server 2012, le logiciel recommande 60Gb de stockage minimum.

Nous avons le choix d’allouer les 60Gb de disque dur virtuel directement à la VM en cochant la case « Allocate all disk space now », ce qui permettra de réserver de l’espace de stockage directement sur votre machine physique.

Sinon la machine physique allouera du stockage au fur et à mesure que la machine virtuelle en demande jusqu’à la limite des 60Gb choisi, pour autant votre système d’exploitation détectera que la VM à bien un disque dur de 60Gb. Cette méthode utilise le principe du Thin Provisioning (je vous invite à aller lire les articles expliquant cette technologie).

Deux autres choix s’offrent aussi à nous :

  • « Store virtual disk as a single file » : Permet de stocker votre disque dur virtuel en un seul fichier.

  • « Split virtual disk into multiple files » : Permet de découper votre disque dur virtuel en plusieurs fichiers.

Comme l’indique l’assistant de création VMware Workstation, le fait de découper son disque dur virtuel en plusieurs fichiers permet de déplacer la VM plus facilement d’un PC vers un autre (plus rapide car plus de fichiers mais moins lourd) mais réduit les performances en cas de disque disposant d’un très gros stockage car la machine virtuelle va devoir interroger et/ou écrire dans plusieurs fichiers en cas d’utilisation.

Dans cet article, nous allons rester sur une configuration par défaut comme dans le screenshot ci-dessus.

Stocker le disque dur virtuel

Cette étape est semblable à l’étape « Nommer et stocker la machine virtuelle ». VMware Workstation nous demande le lieu (chemin) de stockage où nous allons stocker notre ou nos disques durs virtuels de notre machine.

Par défaut, le chemin où sont stockés les fichiers .VMDK est le répertoire dans lequel nous avons enregistré la machine virtuelle définie dans l’étape « Nommer et stocker la machine virtuelle ».

NB : Les fichiers possédant l’extension « .VMDK » sont des fichiers dédiés aux disques durs virtuels. Ce format de fichier permet de simuler un disque dur virtuel. L’acronyme « VMDK » signifie « Virtual Machine DisK ».

Paramétrer/Modifier la machine virtuelle

Félicitations, vous venez de configurer votre première machine virtuelle personnalisée ! L’assistant de création VMware Workstation affiche un court récapitulatif de notre configuration défini dans les étapes précédentes.

Si toutefois une étape a été mal configurée ou si vous avez détecté une erreur dans la configuration, vous pouvez modifier cette dernière en cliquant sur « Customize Hardware… »

NB : Même après la création de votre machine virtuelle, vous pourrez toujours modifier votre configuration à tout moment en sélectionnant votre VM puis en cliquant sur l’onglet « VM » puis « Settings… » (Attention, certaines modifications nécessitent que la VM soit éteinte).

Justement, nous allons cliquer sur « Customize Hardware… » pour ajouter le fichier du système d’exploitation.

Ajout du fichier .ISO du système d'exploitation

Comme dit précédemment, nous devons ajouter le fichier du système d’exploitation que nous souhaitons installer sur la machine virtuelle :

Après avoir cliqué sur « Customize Hardware… », nous nous rendons dans « New CD/DVD (SATA) », nous cochons la case « Use ISO image file : » puis nous allons rechercher le fichier du système d’exploitation au format .ISO.

Pour conclure la création de votre machine virtuelle, vous pouvez cliquer sur « Close » puis sur « Finish ».

Machine virtuelle prête à l'utilisation

Voici votre machine virtuelle enfin créée, il ne vous reste plus qu’à la lancer en cliquant sur « Power on this virtual machine » et à commencer à l’utiliser.

Conclusion

Nous venons de voir ensemble comment créer sa propre machine virtuelle personnalisée en utilisant le logiciel VMware Workstation 12 PRO et en expliquant étape par étape comment faire les bons choix de configuration selon les besoins estimés.

Vous l’aurez compris tout au long de cet article : il n’y a pas une bonne manière de créer sa machine virtuelle mais chacun possède celle qui lui convient le mieux.

À vous de trouver la vôtre, en espérant vous avoir ouvert la voie et vous avoir guidé sur votre manière préférée.

A propos de SUPINFO | Contacts & adresses | Enseigner à SUPINFO | Presse | Conditions d'utilisation & Copyright | Respect de la vie privée | Investir
Logo de la société Cisco, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société IBM, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Sun-Oracle, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Apple, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Sybase, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Novell, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Intel, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Accenture, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société SAP, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Prometric, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Toeic, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo du IT Academy Program par Microsoft, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management

SUPINFO International University
Ecole d'Informatique - IT School
École Supérieure d'Informatique de Paris, leader en France
La Grande Ecole de l'informatique, du numérique et du management
Fondée en 1965, reconnue par l'État. Titre Bac+5 certifié au niveau I.
SUPINFO International University is globally operated by EDUCINVEST Belgium - Avenue Louise, 534 - 1050 Brussels