BLOG

William Da Conceiceo est en 5e année chez SUPINFO. Grâce à son hobby pour les jeux de rôle, et les jeux de cartes il a, entre autre, gagné en mémorisation et en concentration. Il a accepté de répondre à nos questions et de nous partager sa passion.

William Da Conceiceo, 5e année à SUPINFO

Pourriez-vous vous présenter ?

Je m’appelle DA CONCEICEO William, je suis en dernière année chez SUPINFO, que j’ai intégré directement après mon Bac S option informatique. Je me suis naturellement orienté vers SUPINFO car contrairement à la faculté, cette école ne dispensait pas de cours de mathématique ou de physique.

Pourriez-vous nous parler de votre loisir favoris ?

Avec plaisir ! On peut regrouper l’ensemble de mes loisirs sous un seul nom « hobby ». 
Lorsque l’on parle de « hobby » ce terme regroupe 3 univers :  

  • Le jeu de rôle 
  • Le jeu de cartes (Magic)  
  • Le jeu de figurine.  

Le jeu de rôle sur papier est celui que je pratique le plus ! 
Je l’ai découvert en navigant sur internet grâce à des vidéos comme celle ci :

Je fais partie de l’association NEMESIS, l’association de jeux de rôle qui compte une centaine de joueurs. En temps normal, les joueurs se réunissent tous les samedis après-midi. Nous invitons de nouveaux membres en organisant des JPO via le Discord de l’asso et notre page Facebook. Les sessions durent en moyenne 4H par groupe de 3 à 4 personnes.  

Le jeu de rôle est vraiment un moyen d’imaginer un monde de par un récit, une manière de se raconter une histoire, de la vivre telle qu’on l’imagine en attribuant des rôles et missions à chacun des participants régit par une seule personne : le maitre du jeu, qui écrit le scénario.  

A savoir que le jeu de rôle sur papier peut se jouer également en grandeur nature. Les joueurs incarnent physiquement un personnage dans un univers fictif.

Sur le même principe, mais pas avec des livres cette fois ci, il y a les figurines ou encore le jeu de carte Magic.  

Magic est le premier jeu sorti de carte à collectionner. C’est le jeu le plus complexe qu’il existe, bien plus encore que le jeu d’échec… Pas moins de 300 000 combinaisons possibles ! Comme pour les livres, Magic regroupe des cartes ayant 
chacune une histoire. En fonction de ce qu’on a sur la carte, on va pouvoir créer une fiction.  

Pour jouer, il faut au préalable se renseigner en lisant le livre ou en faisant des recherches afin d’incarner au mieux un personnage. De nombreuses histoires sont basées sur des faits réels qui nous renvoient à notre propre histoire tels que l’entre-deux guerre, la bataille de Gergovie, ou la Grèce antique…  Je me suis ouvert sur autre chose que l’informatique. 

 Comment ce loisir vous aide dans vos études à SUPINFO ?

Grâce à ses jeux, ma capacité de mémorisation des cours s’est accrue, ce qui a renforcé mon apprentissage. Je suis devenu plus méthodique et j’ai appris à contrôler mon hyper activité et gagné en concentration

Les récits sont en anglais, ce qui représente un plus sachant que certains des cours SUPINFO le sont également.  

Au-delà de tout ça, c’est une raison de se retrouver entre amis en physique mais aussi à distance, tel qu’avec l’outil Teams que nous utilisons en cours. J’ai pu diversifier mes horizons, ne pas être restreint à un seul endroit. Je pense d’ailleurs que c’est ce qui m’a permis de ne pas pâtir du sentiment de solitude à laquelle cette période difficile nous a conduit, voire d’échapper au burn-out… éviter en période de confinement le décrochage vers un jeu vidéo plutôt que sur du cours. 

Je conseillerais à un étudiant de s’intéresser à un de ces jeux s’il souhaite faire de la data science car il va acquérir naturellement des compétences en statistiques en jouant.  


Pour en savoir plus sur le programme de SUPINFO, rendez-vous sur notre site internet.